Souvenirs d'une fille du peuple, La Saint-Simonienne en Égypte, 1834-1836
Éditeur
Collection XIX
Date de publication
Collection
Femmes de lettres
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Souvenirs d'une fille du peuple

La Saint-Simonienne en Égypte, 1834-1836

Collection XIX

Femmes de lettres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782346009978
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.49
« Je vivais avec le peuple et j’en partageais les sentiments ; comme lui, je
détestais, de tout l’amour que je portais à la France, tous ceux qui furent
pour quelque chose dans son humiliation. Aussi, en 1815, quand vint pour tous
le moment de combattre pour son indépendance, ce fut avec l’orgueil
d’accomplir un devoir sacré, indispensable, que j’embrassai mon père et mon
frère aîné se rendant tous deux aux barrières de Paris, mon père dans les
rangs de la garde nationale, et mon frère faisant partie de la fédération
patriotique des faubourgs. Quant à mon frère Philippe, il appartenait, depuis
plusieurs mois, à l’armée de la Loire.
Cette cruelle journée, qui vit s’accomplir les malheurs de la France, ne
s’effacera jamais de ma mémoire ; elle nous parut interminable. L’ennemi était
là, à nos portes ; chaque coup de canon qu’il tirait sur nos défenseurs
pouvait nous priver d’un être chéri !... Enfin, vers le soir, nos deux
patriotes revinrent, noirs de poudre, las, découragés et furieux, mon père
proférant des imprécations contre la pusillanimité du Conseil de régence,
contre tous ces traîtres chargés de nous défendre, mais qui venaient de livrer
la France en rendant Paris aux étrangers. “Oh ! disait-il, si Napoléon
s’était, trouvé là, à notre tête, aucun soldat ennemi n’aurait jamais revu son
pays de sauvages.” En disant ces mots, il se rendait l’écho de l’immense
majorité ; j’en fus témoin en parcourant, avec ma mère, les quartiers
populeux, car notre inquiétude croissante nous poussait çà et là au devant des
nouvelles. Je t’affirme qu’à cette heure suprême aucune femme ne retint son
mari ou son fils. Oui, le peuple de Paris voulait, lui, défendre sa capitale.
»

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale
de France, _Collection XIX_ a pour ambition de faire découvrir des textes
classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIX e siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.