L'Heure vengeresse des crimes bismarckiens
Éditeur
Collection XIX
Date de publication
Collection
Femmes de lettres
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Heure vengeresse des crimes bismarckiens

Collection XIX

Femmes de lettres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782346009985
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    3.99
« Il y avait autrefois un art de gouverner les hommes. Il n’y a plus
aujourd’hui avec M. de Bismarck qu’un procédé pour les conduire. L’homme fatal
poursuit son œuvre de guerre par des moyens toujours identiques, toujours
trompeurs et, chose incroyable, provoquant les mêmes surprises et rencontrant
les mêmes crédulités...
Après ses boutades de Francfort, son servilisme à Saint-Pétersbourg, ses
méchants propos sur Paris, M. de Bismarck est appelé au Ministère en 1862.
Tout d’abord, avec son amour exclusif de la guerre, il s’occupe passionnément
de l’organisation de l’armée. Et en même temps qu’il prépare ses forces
militaires, il fait l’épreuve de son procédé de politique extérieure qui se
résumera toujours par ce mot : la Fourberie. Il encourage secrètement
l’insurrection polonaise tandis qu’il fait un traité avec la Russie pour
l’écraser.
Puis il conclut une alliance avec l’Autriche pour broyer le pauvre Danemark.
Nouvelle traîtrise, il pousse son allié à prendre possession du Lauenbourg,
et, après un souper à Gastein, par-dessous la table il propose à l’ex-
président de la Confédération germanique, le comte de Reichberg, l’achat de
Lauenbourg pour 800 000 thalers, jouant son ancien supérieur à Francfort,
déshonorant l’Autriche et prouvant aux petits États que la maison de Habsbourg
peut les spolier pour de l’argent. Bon tour dont il se vante avec cynisme ! »

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale
de France, _Collection XIX_ a pour ambition de faire découvrir des textes
classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIX e siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.